Planet ALDIL

janvier 13, 2017

EPN - Maison Pour Tous des Rancy

#Expériences Numériques #18 – Samedi 11 février 2017

L’EPN des Rancy de la Maison Pour Tous, situé 249 Rue Vendôme – 69003 Lyon propose de vous faire découvrir l’évènement : Expériences numériques.

Ce Rendez-vous biannuel de 10h à 18h est gratuit et vous propose la découverte des pratiques autour du numérique (découverte de logiciels libres, conférences, ateliers, arts numériques) tant pour les adultes, ados, enfants, seniors.

Entrée gratuite

Découvrez le programme : ici

N’hésitez pas à venir nombreux

vendredi 13 janvier 2017 08:00

janvier 12, 2017

Colibre

Une monnaie locale ? Pourquoi faire ?

Non, une monnaie locale n’est pas fait pour jouer au Monopoly. Depuis quelques années, nous observons l’émergence de pratiques d’échange monétaire alternatives. La monnaie locale se développe partout en France et depuis 2013 une communauté lyonnaise a mis en place sa propre MLCC (monnaie locale complémentaire citoyenne) : la gonette ! La MLCC ne va pas changer le monde, mais elle y participe activement. Si vous n’avez jamais entendu parlé de la gonette, vous pouvez visualiser le billet précedemment posté sur notre blog. L’article que vous allez lire adopte une approche politique de cette nouvelle monnaie locale, il n’est néanmoins pas exhaustif. C’est pourquoi toutes les contributions sont les bienvenues via les commentaires.

Quand on parle des solutions alternatives autour d’un verre et que l’on rêve de la transition, nous entendons toujours parler de la monnaie locale. Il arrive à certain-e-s d’entre nous de réduire le problème global à tout simplement un problème d’argent et nous voyons la pensée dominante surgir : « Il faut gagner de l’argent, il n’y a pas assez de travail, de toute façon c’est foutu ! » etc. Certes, avoir une autonomie et une indépendance financière est important que ce soit pour préserver notre zone du confort ou pour aller faire les soldes quand on le souhaite !

Une monnaie pour des échanges responsables

Les initiatives des MLCC partent avant tout de la volonté de se réapproprier les outils d’échange. Pour cela, il est nécessaire de prendre le temps de réfléchir au sens et à la place de la monnaie puis de l’économie dans notre société. Avant d’exprimer une quelconque forme de fatalité concernant pauvres, classe moyenne et riches, il serait peut-être plus judicieux d’analyser nos habitudes et les impacts socio-environnementaux des produits ou des services que nous consommons. Retrouver le lien avec les fabricants et les producteurs (locaux de préférence) est le premier pas d’une nouvelle économie solidaire.

Que pouvons-nous mutualiser, donner ou ne pas payer afin de réduire les frais dits « obligatoires » imposés par la culture du jetable ? Puis-je prendre le temps d’aller chercher ou de fabriquer mon produit moi-même ? Comment développer les modèles de société et les espaces qui nous permettront de valoriser le collectif, l’innovation et de réinventer notre économie ? Est-ce qu’un revenu de base peut guérir la misère ? Où en est-on avec le prix libre ?

La réflexion autour des modèles économiques de demain inclut la remise en question des pratiques monétaires « traditionnelles ».Elle a pour but de déconstruire les idées préconçues et dans une certaine mesure de briser la soumission psychologique entretenue par les banques. Imaginons une société saine, construite par tou(te)s et pour tou(te)s.

Une monnaie pour la convergence des initiatives

« Économie du bien commun », « économie sociale et solidaire », « économie circulaire » etc.. : ces expressions ne représentent, au premier abord, rien de concret. Pourtant nous savons pertinemment que la plupart de ces termes portent de véritables solutions. La désinformation pratiquée à la fois par les médias et par les structures étatiques à des fins politico-économiques banalisent ces modèles et étouffe leur vrai potentiel.

La dynamique de la gonette est portée par une équipe lyonnaise en lien avec un bon nombre de structures œuvrant pour une économie locale et solidaire.
Vous pouvez télécharger la liste à jour de celles-ci classées par catégories d’activités ou par communes.
Les professionnels, les associations et tous les autres groupes peuvent intégrer le réseau de la gonette

Voici ci-dessous la carte interactive des partenaires gonette réalisée avec OpenStreetMap. Oui, vous avez bien compris, l’OpenStreetMap est libre et vous pouvez créer facilement des cartes similaires avec l’éditeur uMap ou Framacarte.

Voir en plein écran

La gonette aborde sur son site officiel de manière pédagogique les questions de création monétaire, de système bancaire et de la dette publique. Des sujets dont nous entendons parler tous les jours dans les médias, mais qui manquent de transparence et de clarté pour la plupart des citoyens. La pédagogie par l’exemple est une pratique que tous les porteurs d’initiatives pourront adopter.

jeudi 12 janvier 2017 09:25

janvier 09, 2017

EPN - Maison Pour Tous des Rancy

# Atelier jeudi bidouille numérique : jeudi 12 janvier 2017

Ce jeudi 12 janvier 2017 de 19h à 22h (Atelier bidouille : gratuit sans inscription)

L’EPN des Rancy de la Maison Pour Tous, situé 249 Rue Vendôme – 69003 Lyon  propose avec la participation des bénévoles de l’ALDIL, Illyse et des utilisateurs de GNU/Linux (Ubuntu, Debian, Mageia, LinuxMint…) ce rendez-vous mensuels et informels soit :

Entraides et dépannages entre utilisateurs de #logiciel libres débutants et plus aguerris. L’occasion de voir comment ça marche, de demander un coup de pouce, de faire découvrir une astuce.

N’hésitez donc pas à venir nombreux

En savoir + : cliquez ici

Rappel : aucune installation de logiciel sous licence ne pourra être faite sans présentation de la licence et de sa preuve d’achat. Par défaut, les intervenants proposeront des logiciels libres.

lundi 09 janvier 2017 10:02

janvier 06, 2017

ALDIL

Atelier ALDIL4 du 07/02/17 (Croix Rousse)

ALDIL4 est un projet d'entraide autour des logiciels libres à la Croix Rousse .

vendredi 06 janvier 2017 13:57

janvier 05, 2017

ALDIL

Atelier ALDIL4 du 24/01/17 (Croix Rousse)

ALDIL4 est un projet d'entraide autour des logiciels libres à la Croix Rousse .

jeudi 05 janvier 2017 16:09

Atelier ALDIL4 du 17/01/17 (Croix Rousse)

ALDIL4 est un projet d'entraide autour des logiciels libres à la Croix Rousse .

jeudi 05 janvier 2017 16:07

Jeudi du Graphisme 26/01/2017

Atelier de découverte d'un logiciel de création graphique : Darktable

jeudi 05 janvier 2017 10:09

janvier 04, 2017

EPN - Maison Pour Tous des Rancy

#Atelier : « Technique de cartographie» OSM (OpenStreetMap) – Samedi 07 janvier 2017

Ce Samedi 07 janvier 2017 :  Atelier « Technique de cartographie» OSM (OpenStreetMap) – (gratuit) de 10h00 à 12h00
Inscription obligatoire  (epn@salledesrancy.com)

l’association OSM et L’EPN des Rancy de la Maison Pour Tous, situé 249 Rue Vendôme – 69003 Lyon propose de vous faire :

découvrir les usages avancés de la carte libre OSM, et contribuer à son enrichissement. Créer son compte personnel, faire des  reports/créations d’informations géographiques sur la carte, y compris des données GPS.

En savoir + : cliquez ici

N’hésitez pas à venir nombreux

mercredi 04 janvier 2017 09:28

janvier 03, 2017

ALDIL

Jeudi du Libre du 02/02/17

Soirée conférence débat afin d'échanger autour du logiciel libre.

mardi 03 janvier 2017 15:57

Jeudi Bidouille Numérique (Rancy) 09/02/17

Atelier de dépannage après une Install Party et de partage de connaissance entre utilisateurs de logiciels libres.

mardi 03 janvier 2017 15:21

décembre 25, 2016

Colibre

Éradiquer totalement son e-existence, utopie aujourd’hui réalisable ?

Marre de se savoir pisté ? De recevoir des milliers de spams par jour ? De constater les publicités sur le web adapté à sa consommation ?

En plus d’opter pour l’adoption d’un bonne conduite, stricte et prudente ; d’arrêter de déposer ses coordonnées n’importe où pour n’importe quoi, de cliquer sur des liens à risques, de s’inscrire sur des plateformes s’avèrant peu utiles, une étape radicale est de rigueur. Car tout ça est bien beau, mais ce n’est pas pour autant que les erreurs passées disparaissent ! Alors c’est parti pour un petit tour du world wild web à la recherche de nos anciens comptes cachés…

C’est long n’est-ce pas ? Les anciens blogs, comptes Facebook et autres Twitter… Sachez aujourd’hui que ces heures passées devant son écran à éradiquer coûte que coûte son « e-passé » est désormais révolu ! Et ceci pour le plus grand bien de tous.

C’est deseat.me, concept mis au point par Wille Dahlbo et Linus Unnebäck (un mystérieux duo de développeurs suédois), qui propose ses services dans la suppression de comptes divers créés à partir d’une adresse mail. Jusque là rien de compliqué, il suffit d’entrer son adresse Gmail (et oui, il ne fonctionne qu’avec les comptes Google !) et en un rien de temps le site va rechercher tout les comptes relatifs à cette adresse pour les proposer. Il ne reste plus qu’à cliquer pour supprimer ceux de votre choix.


Illustration 1: Screenshot du site

À travers une communication bien claire, Deseat clame un retour de l’anonymat sur le web. Histoire de faire fonctionner la plateforme et d’attirer les utilisateurs bien sûr car il n’en est rien, ou partiellement. En effet, les différents comptes se retrouvent supprimés à la vue de l’internaute lambda, mais les milliards de data restent malgré tout préservées par les sites et entreprises en question. De plus, Deseat est décrit comme un service plutôt instrusif du fait qu’il tourne nativement sur l’ordinateur de l’utilisateur. Bien que les développeurs dénoncent le contraire ;

« Nous sommes très attentifs à la vie privée et à la sécurité des données. C’est notre souci le plus grand. C’est pour cette raison que nous vous proposons de l’appliquer à votre ordinateur. La seule chose que vous nous donnez, c’est les comptes que vous souhaitez supprimer. C’est tout. Et comme nous utilisons le protocole OAuth de Google, nous n’avons accès à aucune information ».

Or les conditions d’utilisation du service indiquent clairement que Deseat.me a le droit d’accéder aux courriels et aux paramètres personnels. Il faut donc rester vigilant une fois de plus même pour un service qui est censé nous aider à moins l’être.

Bon à savoir : Deseat n’est pas le seul programme proposant ce type de service. Nous avons aussi à notre disposition unroll.me (gérant les adresses Outlook et Yahoo) ou encore le fameux Account Killer, qui répertorie des liens directs vers des URL de suppression de compte de nombreux services, notamment les réseaux sociaux, où ces pages sont parfois compliquées à trouver.

Le chemin est encore long pour une e-existence anonyme…

Par Lisa MAMBRÉ – jeu. 15 déc. 16

dimanche 25 décembre 2016 09:46

décembre 20, 2016

EPN - Maison Pour Tous des Rancy

#Conférence jeudi du libre : jeudi 5 janvier 2017

Ce jeudi 5 janvier 2017 : Conférence jeudi « découverte du numérique libre » de 19h à 21h30

GRATUIT – inscription sans inscription

L’ALDIL et L’EPN des Rancy de la Maison Pour Tous, situé 249 Rue Vendôme – 69003 Lyon propose de vous faire découvrir : « Open Food Facts, l’information alimentaire ouverte »

Open Food Facts est un projet collaboratif en ligne dont le but est de constituer une base de données libre et ouverte sur les produits alimentaires du monde entier. Il est souvent perçu comme le Wikipédia de l’alimentation. En 2016, la base a atteint les 100 000 produits répertoriés. La contribution au projet est particulièrement facile et immédiate : n’hésitez donc pas à vous joindre à nous le 5 janvier. Vous pouvez vous munir d’un smartphone et de quelques emballages de produits alimentaires. Et c’est parti ! Sous la forme d’un atelier pratique, des contributeurs du projet vous présenterons les différentes facettes d’Open Food Facts et les nombreuses manières de s’y investir.

En savoir + : cliquez ici

N’hésitez pas à venir nombreux

mardi 20 décembre 2016 09:00

décembre 19, 2016

Colibre

Banques d’images libres (3/3) : Pixabay

Suite du précédent article sur VisualHunt, nous allons terminer notre série sur les banques d’images libres par une dernière : Pixabay. C’est un site fondé par deux allemands (Hans Braxmeier et Simon Steinberger) qui compte plus de 820 000 images, illustrations, images vectorielles ou encore vidéos tout en licence CC0.

Accueil

Page d'accueil complète de PixabayComme dans le précédent article, quand vous arriver sur le site, un arrière-plan avec une des fonctionnalités (la barre de recherche) vous accueille. Vous pouvez également retrouver, en bas, les images populaires et les mots clés afin de vous faciliter la recherche. Enfin, il y a une possibilité de s’inscrire au site (voir plus bas) et un pied de page qui vous permets de changer la langue ou encore être en contact avec la communauté.
bulle_pixabay

On peut remarquer également, contrairement à VisualHunt, l’absence de la fonctionnalité palette de couleurs. En fait, cette fonctionnalité est cachée, dans Pixabay à coté la barre de recherche en déroulant les options de recherche. On peut voir alors la grande diversité des ressources que propose le site : des images, des illustrations, des images vectorielles (.svg) et des vidéos.

 

Choix des ressources

Galerie d'images répondant à un mot cléSi vous chercher une photo avec un objet spécifique, vous pouvez choisir une des fonctionnalités proposés sur le site décrites ci-dessus (pour la recherche des mot clé, écrivez en anglais pour un plus grand nombre de résultat, comme dans VisualHunt). Le résultat de votre recherche vous donne une myriade de photos que vous pouvez choisir à la manière de Google Images. Vous remarquerez l’encart Image sponsorisés du site ShutterStock (image non libre) en jaune, il participe au financement de Pixabay.

Après avoir choisi votre ressource, vous voyez une autre interface s’afficher, c’est la même interface pur toutes les types de ressources, elle se compose :

Détails d'une photo choisie sur Pixabay

  • À gauche, l’image, vidéo, etc. que vous avez choisi. Au survol de la souris vous pourrez voir sur le haut de la ressource, ses principaux mots clés.
Aperçu de la photo sur Pixabay + détails des mots clés
  • À droite, un ensemble d’informations :
    • Le contributeur qui a mis cette ressource en ligne, vous pouvez interagir avec lui de différentes manières (donner, suivre, aimer, mettre en favoris, partager la ressource)
 L'auteur de la photo et les outils d'interaction
    • La licence de la ressource, qui est toujours sur ce site, en CC0, c’est-à-dire, en France, l’image est libre de droit mais un crédit de l’œuvre est nécessaire.1
 Explication de la licence CC0
    • Le bouton de téléchargement, qui propose toutes les tailles (ou qualités) d’image (des vidéos) pour pouvoir les télécharger ou les ouvrir. Cependant, pour manipuler la ressource originelle, il faudra s’inscrire.
 Bouton de téléchargement de la ressources avec les options associées
    • Le bouton de partage Facebook du site
Encart de partage Facebook
    • Ressources sponsorisées de ShutterStock
 Panel d'images sponsorisées de Shutterstock
    • Informations générales de la ressource
 Informations sur l'image sélectionnée
  • En bas
    • Les ressources similaires
 Ressources similaires à l’élément sélectionnées
    • Les commentaires
 Commentaires de la ressource
    • Les mots-clés
 Mots clés de la ressource

Inscription / Contribution

En-tête de la page d'accueil de PixabayEn-tête de la page d’accueil de Pixabay

En parlant de contribution, vous avez peut-être remarqué que en haut de la page, à droite se trouve 4 boutons : un qui reprend, les catégories de la barre de recherche principale (« Parcourir »)2, un pour s’inscrire (« Inscrivez-vous »), un autre pour se connecter (« Connexion ») et un autre encore pour l’assistance du site (blog, forums …).

Pour envoyer des ressources, il faut s’inscrire sur le site. Quand cela sera fait, vous pouvez envoyer vos éléments et elles seront vérifiées par l’équipe de Pixabay et par les autres contributeurs. Il y a également un bouton d’inscription en bas de la page d’accueil.

En conclusion, C’est un site sobre qui propose un contenu diversifié uniquement sous licence CC0, plus besoin alors de se compliquer la tâche avec les licences.

A voir sur : https://pixabay.com/fr/

Quelques exemples proposés par le site :

#Saint Guérin #Savoie #Beaufortain #Lac par cricrou en licence CC0 (photo) #mail #noël #houx #décoration #houx de noël #transparent par PixEasy en licence CC0 (Images vectorielles) #peinture #peinture à l'huile #peinture de photo # fuchus par hansbenn en licence CC0

#temps #maintenant #procès-verbal #chronomètre par McZerrill en licence CC0 (vidéo)

Finalement, Cette trilogie …

Pour terminer cette série, que pouvons nous dire sur ces deux banques d’images ? On peut dire que ce sont deux nids à ressources utiles pour tout type de public comme les graphistes, les communicants ou encore « tout simplement » l’internaute. Bien sûr, les deux sites web se ressemblent mais ils ont quand même des divergences (VisualHunt avec sa grande banques d’image mais pas forcément toutes libre, et Pixabay, plus petit catalogue mais diversifié en contenu toutes libres de droit)

Au final, grâce à ces deux sites utilisés conjointement, cela permet à tout le monde d’avoir des photos de grande qualité libres.

Qui a dit que la culture du libre rimait avec mauvaise qualité ?

Notes

1 Revoir l’article « Banques d’images libres (1/3) : Les licences Creatives Commons » si jamais il y a un problème de compréhension de ces licences

2 Pour rappel, vous pouvez changer la langue dans le pied de page si votre en-tête est en anglais.

lundi 19 décembre 2016 06:00

décembre 14, 2016

Colibre

Bien fêter Noël : La recette libre des petits sablés nature

christmas-cookies-553457
Noël approche ! Et un Noël sans petits sablés n’est pas un vrai Noël…

Je vous propose donc aujourd’hui une recette à s’en faire éclater les papilles.

A vos fouets petits lutins !

Pour faire vos petits sablés nature il vous faudra :

– 250 g de farine
– 125 g de sucre en poudre
– 1 sachet de sucre vanillé
– 1 pincée de sel
– 125 g de beurre
– 1 œuf

Avec cette recette vous pouvez ajouter les épices de votre choix. Pour ma part j’en ai fait aux amandes et aux noisettes ! et pour plus d’esthétique, j’ai mis des amandes effilées au moment d’étaler la pâte.sables

Pour commencer, dans un saladier, il vous faut mélanger la farine, le sucre, le sucre vanillé et le sel.

(Moi j’utilise un moulin de sel d’Himalaya, c’est meilleur à la dégustation de sentir les petits cristaux de sel !)

Ensuite, ajoutez le beurre froid coupé en petits morceaux et travaillez l’ensemble du bout de vos petits doigts jusqu’à obtention d’une poudre fine.

Incorporez l’œuf et mélangez pour obtenir une pâte homogène. Rassemblez-la en boule emballez-la dans du film alimentaire et réservez-la pendant 1 heure au réfrigérateur.

(Mais si comme moi vous n’arrivez pas a patienter, sachez que du moment que votre pâte n’est pas trop molle et pas trop huileuse, vous pouvez passer a l’étape suivante !)

Préchauffez votre four à 160°C.

Etalez la pâte avec un rouleau a pâtisserie en veillant qu’elle ne soit pas trop fine. Plus votre pâte est fine, plus vos sablés ont de chance d’être brulés à la cuisson.

Maintenant, découpez-la à l’aide d’emporte-pièces aux formes de votre choix.

Déposez les biscuits sur la plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé ou d’une toile en silicone et enfournez.

N’oubliez pas d’en laisser quelques uns au pied du sapin avec un verre de lait le soir du réveillon pour que le vieux monsieur rouge se régale lui aussi !

Passez de joyeuses fêtes !

mercredi 14 décembre 2016 11:14

EPN - Maison Pour Tous des Rancy

#Atelier jeudi « découverte du numérique libre » : jeudi 5 janvier 2017

Ce jeudi 5 janvier 2017 : Atelier jeudi « découverte du numérique libre » de 19h à 21h30

GRATUIT – inscription obligatoire à epn@salledesrancy.com

L’ALDIL et L’EPN des Rancy de la Maison Pour Tous, situé 249 Rue Vendôme – 69003 Lyon propose de vous faire découvrir : la découverte et utilisation d’un système libre: exemple concret avec Linux Mint

Lors de cet atelier nous aborderons les aspects fondamentaux d’une distribution Linux.
L’objectif principal sera de maîtriser son système pour une utilisation quotidienne afin d’être autonome.

Les notions abordées seront applicables sur Linux Mint mais également sur la plupart des autres distributions.
Les utilisateurs d’autres distributions sont également le bienvenu.

En complément nous pourrons aborder certains sujets de votre choix. Si vous souhaitez utiliser un logiciel ou détailler certains points qui vous semblent compliqués, vous pouvez envoyez vos demandes sur: https://framadate.org/CERD4rb6FqpuknyE

PS : Pensez à prendre votre ordinateur, sinon, des ordinateurs en libre accès seront disponibles à l’EPN. N’oubliez pas de vous inscrire à epn@salledesrancy.com

En savoir + : cliquez ici

N’hésitez pas à venir nombreux

mercredi 14 décembre 2016 09:18

décembre 12, 2016

Colibre

Banques d’images libres (2/3) : VisualHunt

Après avoir vu les licences Creative Commons, nous allons voir ici une première banque d’images libres : VisualHunt. Ce site a un panel d’images de, à l’écriture de ses lignes, 354 191 553 photos dont 74 590 en licences CC0.

Accueil

Page d'accueil de VisualHunt.com en entierQuand vous arrivez sur la page d’accueil du site, outre le fait qu’une pieuvre rose vous regarde de ces yeux globuleux, vous avez en face de vous deux des fonctionnalités de VisualHunt, la recherche d’image par mot clé et la recherche d’image par couleurs. En continuant vers le bas, vous pouvez voir les mots clés et images populaires. Vous pouvez le voir sur l’image au dessus de l’article ou cliquez sur l’image ci-contre.

Choix des photos

Galerie d'image répondant à un mot cléSi vous chercher une photo avec un objet spécifique, vous pouvez choisir une des fonctionnalités proposés sur le site décrit plus haut (pour la recherche des mot clé, écrivez en anglais pour un plus grand nombre de résultat). Le résultat de votre recherche vous donne une myriade de photos que vous pouvez choisir à la manière de Google Images.

Après avoir choisi votre photo, vous voyez une autre interface s’afficher, elle se compose :

Détails d'une photo choisie

  • À votre gauche, l’image que vous avez choisie.
 Aperçu de la photo
  • À votre droite, un ensemble d’informations :
    • L’auteur et son nombre de contributions (n’est pas présent dans l’exemple)
 L'auteur de la photo
    • Le bouton de téléchargement, qui propose toutes les tailles d’image et même pour l’embarqué web et mobile afin d’y intégrer sur son site
 Outils de téléchargement de la photo
    • La licence de l’image (CC0, Attribution et / ou non commerciale …)1 . Pour faciliter la compréhension, VisualHunt propose sous forme de pastilles colorées, les droits dont jouissent les utilisateurs de ces contenus (Vert = Libre, Orange = Restriction, Rouge = Obligation)
 Détails de la licence pour la photo sélectionnée

Détails d'une autre licence

 Outils pour créditer l'image  Mots clés de l'image  Titre de l'image  Informations externes à l'image (appareil, taille...)  La palette de couleur pour l'image sélectionnée

On se trouve alors dans une interface très complète mais cela peut varier en fonction des informations laissées par les contributeurs.

Inscription / Contribution

En-Tête Page d'accueilEn-tête de la page d’accueil du site

En parlant de contribution, vous avez peut-être remarqué que en haut de la page, à droite se trouve 3 boutons : un pour s’inscrire (« Join »), un autre pour se connecter (« Sign in ») et un autre encore pour envoyer ses propres photos sur le site (« Upload »)2. Cependant , Visual Hunt vérifie les différents envois et fait un tri pour garder les photos de bonne qualité.

En conclusion, C’est un site ludique et esthétiquement soigné qui propose des photos de bonne qualité à des droits d’exploitation plus souples que les photos traditionnels.

A voir donc, à ce lien : https://visualhunt.com

Quelques photos proposées par le site :

natural water tree mountain nature tree par Dieter Schäfer en licence CC0 Glass pyramid in front of Louvre Museum par Unsplash en Licence CC0 Canyon, Gorge, Antelope Canyon, Tourist Attraction en Licence CC0

Notes

1Revoir l’article « Banques d’images libres (1/3) : Les licences Creatives Commons » si jamais il y a un problème de compréhension de ces licences

2Il faut être inscrit pour envoyer nos photos.

lundi 12 décembre 2016 06:00

décembre 08, 2016

Journées du Logiciel Libre

JDLL 2017 – Appel à contributions

JDLL 2017 – Les 1er et 2 avril

Société (dé)connectée, les dessous de la transparence…

La 18ème édition des Journées Du Logiciel Libre (JDLL) ouvre ses portes les 1er et 2 avril 2017, à la Maison Pour Tous Salle des Rancy – de Lyon. Nous vous proposons de renouveler ce temps d’échange pour tous les publics, curieux, amateurs et passionnés. D’interactions en connexions, réelles ou virtuelles, venez nous faire découvrir et partager vos plaisirs et petits bonheurs numérique Participer aux JDLL c’est facile et ouvert à tous ! Nous faisons appel à vous pour alimenter le programme avec vos projets, connaissances, expériences et engagements.

Thème(-s) 2017

Lors de ce week-end nous vous proposons d’intervenir autour du thème : « Société (dé)connectée, les dessous de la transparence… » et d’échanger sur les thématiques suivantes :

N’oublions pas que certains de nos visiteurs sont des enfants, futurs citoyens de demain à deux pieds, qui seront ravis de vous voir et de vous entendre. Tous ces thèmes les concernent aussi ! Notre pôle Gones est prêt à vous accueillir, n’hésitez donc pas à élargir vos interventions et publics !

Participation : mode d’emploi

Profitez de cet événement pour découvrir et échanger avec les nombreux participants. L’année précédente, grâce à vous, les JDLL ont accueilli plus de 2000 personnes sur les deux journées. Intéressés pour nous aider à réitérer l’exploit ? Les JDLL reçoivent des publics variés, n’hésitez pas faire des propositions pour les enfants, les adultes, les seniors, les associations, les entreprises, les collectivités territoriales, les novices comme les experts (et les licornes). Nous vous proposons plusieurs types de contributions : Vous pouvez combiner plusieurs types de contributions, n’hésitez pas à être nombreux pour assurer la présence de votre collectif sur toutes les activités (par exemple une démo, une conférence suivie d’un atelier, un stand).

Faire une proposition :  http://www.jdll.org/jdll-presentation-generale/participer/formulaire-de-proposition/

Les propositions sont à envoyer jusqu’au 14 février 2017, afin de nous permettre de préparer au mieux le planning.

Partage et informations complémentaires

Et bien sûr, n’hésitez pas à partager cet appel auprès de vos canaux respectifs 🙂 Les outils de communication (bannières, logos…) sont à votre disposition pour participer à la promotion de l’événement : http://www.jdll.org/medias-2017/ Pour obtenir plus d’informations, vous pouvez vous rendre sur le site des Journées du Logiciel Libre : http://jdll.org/ N’oubliez pas que nous sommes disponibles pour toute question : jdll@jdll.org Dans l’attente de vos réponses, et bien sûr, librement, Le comité d’organisation des JDLL.

jeudi 08 décembre 2016 13:27

décembre 06, 2016

Dup

Continuous Data Protection For GNU/Linux (sauvegarde project) release v0.0.10

3 releases were published since last time I wrote here and a huge amount of NEW features were added since then.

Continuous Data Protection For GNU/Linux (cdpfgl) is also known as 'sauvegarde' project. It is a set of programs: 'cdpfglserver', 'cdpfglclient' and 'cdpfglrestore' as of now. These programs will save your files in a live continuous way that is to say while they are written to disks. One interesting thing is that the server 'cdpfglserver' is stateless and achieves deduplication at the block level (optionally with adaptive block size). As a result it does not use much memory and may run on small machines (for instance I run one cdpfglserver on a 1Gb bananapi).

This is v0.0.10 release of this project and some features were adaded and some small bugs corrected:

Contributors to this version:

Links:

mardi 06 décembre 2016 20:04

EPN - Maison Pour Tous des Rancy

# Conférence jeudi du libre jeudi 08 décembre 2016

Ce jeudi 08 décembre 2016 : Conférence jeudi du libre de 19h à 21h00 – gratuit de 19h00 à 21h

 

L’ALDIL et L’EPN des Rancy de la Maison Pour Tous, situé 249 Rue Vendôme – 69003 Lyon propose de vous faire découvrir une conférence dont la thématique est : Auto-hébergement, Retrogaming et Mediacenter: Le combo gagnant sur Raspberry Pi

Et si nous utilisions un Raspberry comme console de salon, pour rejouer aux jeux de la NES par exemple, comme mediacenter, pour regarder des films en famille ou les photos de vacances, et qu’en même temps celui-ci nous permettait d’avoir notre cloud chez nous ? Pour cette conférence/atelier, SI VOUS AVEZ UN RASPBERRY PI, N’HÉSITEZ PAS À LE RAMENER.

Lors de cette soirée, la première partie sera consacrée à la présentation de Yunohost, une solution d’auto-hébergement simple pour avoir son cloud, ses mails, son agenda… bref, ses données personnels chez soi. P uis nous vous présenterons Retropie qui vous permettra de jouer à vos vieux jeux favoris et qui intègre désormais Kodi, un mediacenter pour profiter des médias (photo, vidéo et autres) en famille.

En savoir + : cliquez ici

N’hésitez pas à venir nombreux

mardi 06 décembre 2016 16:00

# jeudi vie privée : jeudi 08 décembre 2016

Atelier gratuit de 19h00 à 21h30

Inscription obligatoire à epn@salledesrancy.com

Ce jeudi  08 décembre 2016 : Comment dégoogliser son Android !

L’EPN des Rancy vous propose de découvrir lors de cet atelier de passer peu à peu des applications Google sur Android. Nous y verrons comment se passer du PlayStore pour installer des applications, lire vos mails sans Gmail, naviguer sur le web sans Chrome, et tout un tas d’autres applications alternatives plus respectueuses de la vie privée. Ainsi, si vous possédez un smartphone Android et que vous souhaitez le Dégoogliser, cet atelier est pour vous !

N’hésitez pas à venir nombreux

En savoir + : cliquer ici

mardi 06 décembre 2016 09:40

décembre 05, 2016

Colibre

Banques d’images libres (1/3) : Les licences Creatives Commons

Vous avez déjà passé plusieurs heures à chercher l’image parfaite pour votre communication et enfin le « Graal » apparaît. Mais savez-vous si vous pouvez l’utiliser, par exemple dans un but commercial ou la modifier ?

Si vous êtes déjà tombé sur ce genre de situation, cette trilogie peut vous donner des solutions car elle va vous montrer deux banques d’images où les ressources sont libres de droit, c’est-à-dire permettant la réutilisation dans toutes ces formes, de l’œuvre. Mais avant de parler de ces sites, attardons-nous plus sur les licences utilisées pour ce type de ressource.

Creative Commons

Pour tout ce qui est produit culturel, celui-ci peut être accompagné par une licence Creative Commons. Au départ, en 2001, Creative Commons est une organisation à but non lucrative états-uniennes cherchant à compléter les droits d’auteur sur les produits culturels et les données afin de permettre une plus large diffusion. En 2002 naissent les Licences Creative Commons, et furent petit à petit intégrés dans le cadre légal de chaque pays affilié, dont la France.

Les Licences

Il en existe historiquement quatre licences

  1. Logo CC BY (Attribution) Licence CC BY : Vous devez créditer l’œuvre, c’est le droit à la paternité
  2. Logo CC SA (même licence) Licence CC SA : Vous devez, lors de sa redistribution, garder la même licence que l’auteur d’origine
  3. Logo CC NC (Non Commercial) ou Logo CC NC (Non Commercial) Euro Licence CC NC : Vous ne devez pas commercialiser l’œuvre, à part l’auteur
  4. Logo CC ND (Non Modifiable) Licence CC ND : Vous ne pouvez pas modifier le travail produit par l’auteur

Ces licences peuvent se combiner pour donner six combinaisons différentes.

Échelle des différentes licences Creatives CommonsÉchelle des différentes licences Creatives Commons

Note : la zone « Approved for Free Cultural Works » sont les licences CC considérées comme des licences libres par la Free Cultural Works

Ambiguïté : Pas de droit réservé, domaine public et CC-BY

En France, les trois derniers pictogrammes peuvent porter à confusion car elles s’apparentent toutes les trois au domaine public : La notion de « Pas de droits réservés » (ou Marque du domaine public) le c barré, signifie que celui-qui possède l’œuvre jouit de tous les droits dont celui de s’attribuer l’œuvre. En France, par exemple, le droit d’auteur est constitué de deux composantes :

C’est pourquoi, on peut dire que notre domaine public, c’est le CC – BY.

C’est pourquoi, une nouvelle licence fut créé en 2009 la CC0 « Domaine Public » :

La personne qui a associé une œuvre à cet acte a dédié l’œuvre au domaine public en renonçant dans le monde entier à ses droits sur l’œuvre selon les lois sur le droit d’auteur, droit voisin et connexes, dans la mesure permise par la loi.

 

Source :  https://creativecommons.org/publicdomain/zero/1.0/deed.fr

Elle fait un compromis entre les deux notions en s’adaptant à chaque pays.
C’est pourquoi, en France, même si un contenu est en CC0, il faut créditer l’œuvre.

Pour en savoir plus, le ministère français de la Culture et de la Communication et Creative Commons France ont fait un vidéo expliquant les différentes licences :

Ministère français de la Culture et de la Communication – Creative Commons France de Atelier FP7 sur Vimeo.

Sources

Images

À la Une

Crédit photo: Kalexanderson via Visual Hunt / CC BY

Les différentes licences

Sites web

lundi 05 décembre 2016 05:00

décembre 04, 2016

Colibre

Les jeux vidéo indépendants : philosophie ou utopie ?

Le monde du jeu vidéo est de plus en plus riche, notamment grâce à l’évolution des supports numériques . Les créateurs nous offrent l’opportunité d’entrer dans un univers fantastique mêlant réalité et fantasme (au sens psychologique).

Ces dernière année, les jeux indépendants font apparition…

Description de jeuxvidéo.com : « Don't Starve est un jeu de survie indépendant se déroulant dans un monde sombre et sans pitié. Votre but sera d'utiliser votre environnement à votre avantage en construisant un camp pour survivre le plus longtemps possible. »Description de jeuxvidéo.com : « Don’t Starve est un jeu de survie indépendant se déroulant dans un monde sombre et sans pitié. Votre but sera d’utiliser votre environnement à votre avantage en construisant un camp pour survivre le plus longtemps possible. »

Les jeux indépendants, on en entend parler depuis plusieurs années, mais qu’est-ce que c’est ?

Ce terme désigne les jeux vidéo diffusés sans un éditeur, l’auteur le diffuse sans intermédiaire. Les éditeurs de jeu vidéo s’occupent de la réalisation, la commercialisation, et le financement de l’œuvre.
Pour s’y retrouver un peu, il existe trois grand acteurs du jeu vidéo :

On remarque qu’il existe de nombreuses entreprises qui combinent ces trois acteurs. Or, le jeu vidéo indépendant est créé sans éditeur par leur auteur, en s’autofinançant.
Depuis la fin des années 2000, le jeu indépendant est en réelle expansion, notamment grâce à la dématérialisation des supports et donc à l’apparition des plate formes telles que Steam.

Mais certains jeux s’autofinancent et s’éditent dans la même entreprise ?

Effectivement, la nuance est difficile à saisir. Un jeu comme Assassin’s Creed édité et développé entièrement chez Ubisoft Montréal n’est pas considéré comme un indie. Un gamer n’utilisera jamais ce terme pour désigner des jeux comme Call of Duty, World of Warcraft, Tomb Raider, ou encore Mafia. A contrario, d’autres sont considérés comme indépendants alors qu’ils ne correspondent pas à la définition initiale.

Bon, du coup ! C’est quoi un jeu indie ?

Le jeu indépendant correspond plus à une philosophie globale adoptée par le développeur qui réalise une œuvre avec les « moyens du bord ».
L’idée est de concevoir un jeu créatif, simple et original sans la pression des éditeurs qui attendent un retour sur investissement. C’est pourquoi, ils sont parfois peu coûteux à l’achat en comparaison aux gros produits (Mass Effect, Battelfield, Final Fantasy, ou encore Grand Thref Auto). Acheter indie c’est soutenir l’entrepreneuriat ! Ce terme n’est pas un label, il correspond plus à des conditions de création.

L’argent ça ne tombe pas du ciel. Si ?

De nombreuses solutions peuvent être mises en place pour produire son jeu sans se ruiner : le crowdfunding (exemple de plateforme dédiée Fig), ou encore participer à des concours (organisé par des gros éditeurs comme Microsoft, paradoxe ?). Il existe aussi le fond d’aide au financement des jeux vidéo (FAFJV).

Ça marche bien les jeux indés ? Ils se font pas écraser par les gros éditeurs ?

Les développeurs indépendants se voient concurrencés par les gros éditeurs, avec des produits à petit budget mais fortement aidés par une stratégie marketing bien plus efficace. Sony communique depuis un an sur No Man’s Sky, un jeu réalisé par une petite équipe de dix développeurs, Activision, éditeur américain devenu indépendant en 2013, a édité en mars le jeu d’un studio lyonnais, White Night.

L’auteur du The Next Penelope, Auréien Regard, nous raconte que l’avenir d’un jeu est calculé durant ses soixante premières minutes de commercialisation.

« Si tu n’es pas classé parmi les pages les plus visitées, c’est fini : ton jeu devient anonyme en moins d’une heure. »

En juin 2013, le célèbre géant de l’e-commerce Amazon a créé sa propre plate-forme réservée aux jeux vidéo indépendants téléchargeables, Indie Games Store, dans le but d’aider les développeurs à promouvoir leurs jeux. A l’évidence, il est assez peu probable que Amazon se découvre une passion philanthropique envers les indépendants, la réalité étant que l’entreprise a vu un marché juteux à conquérir.

Dans l’ensemble les ventes sont en progression, mais beaucoup plus timides depuis 2015, en raison de la saturation du marché. Les plate-formes de ventes se multiplient, les jeux vidéo se déclinent sur les divers supports (tablette, smartphone, etc.) et les éditeurs se battent à coup de stratégies de communication.

La réalité étant que les indépendants est souvent lié à un gros éditeur les aidant à financer leur projet. Le marché est saturé et le produit doit séduire le plus grand nombre de consommateur. Difficile de faire sa place dans un milieu où le marketing occupe une place primordiale, qui met en place la loi du plus fort.

Pour suivre l’actualité liée aux jeux indépendants, rendez-vous sur Indiemag, Game Sphere.

Jeu bac-à-sable de construction tout public.Jeu bac-à-sable de construction tout public. Soundtrack excellente, mais jeu pour public averti. Soundtrack excellente, mais jeu pour public averti. Si vous aimez les univers noirs et étranges ce jeu est fait pour vous.Si vous aimez les univers noirs et étranges ce jeu est fait pour vous.

Liste des 100 meilleurs jeux indé sur PC.


Auteur : Annabelle Arena

dimanche 04 décembre 2016 22:35

décembre 02, 2016

Colibre

Du Girl Power sur Wikipedia avec #CLF

Du 3 décembre 2016 au 11 mars 2017, venez participer à la seconde saison de « Cherchez la femme » (#CLF), cet événement qui n’est pas un speed dating pour trouver la femme de sa vie ; mais plutôt une occasion d’enrichir la Culture de la communauté…

« Cherchez la femme » est un projet collaboratif porté par l’espace numérique de la bibliothèque de la Part Dieu (Lyon 3).

Il a pour but de rendre plus accessible les œuvres et la vie de plusieurs artistes du sexe féminin tout en enrichissant le domaine public. Il est bon de noter que ces femmes ne sont pas prises au hasard. En effet, toutes leurs œuvres sont tombées dans le domaine public il y a peu et sont rarement connues par la communauté.

À l’aide des bibliothécaires, apprenez à : rechercher, structurer, numériser et partager l’information à l’aide d’outils libres. Les informations collectées seront déposées sur un framapad ou dans des fiches de travail, puis synthétisées dans l’encyclopédie libre Wikipédia.

La réussite de la première saison en 2015 a encouragé l’équipe à renouveler l’opération. Ce projet est par ailleurs une partie d’un programme de La Bibliothèque de Lyon se nommant « Démocratie: rêve, penser, agir ensemble ». Il a pour but de faire découvrir, expérimenter et discuter autour des sujets sur le partage et la gérance des ressources communes.

Cherchez la femmeProgramme 2016: six femmes décédées en 1945.

-Lucie Delarue-Mardrus (poétesse)

-Sarah Jane Eddy (photographe)

-Eleanor Fortescue-Brickdale (peintre)

-Harriet Anne Hooker Thiselton-Dyer (illustratrice botanique)

– Belle Johnson (photographe)

– Ada Negri (poétesse)

Comment Participer ?

La structure a mis en place deux solutions pour participer à l’événement :

sur place : du 3 décembre 2016 au 11 mars 2017 des ateliers sont mis à disposition à la bibliothèque de la Part Dieu avec des animateurs qui vous donneront accès aux fiches de travail.

Attention : les ateliers sont GRATUITS mais nécessite une inscription!

en ligne : parce que vous ne pouvez pas vous déplacer, l’équipe a créée des framapads où vous pouvez compléter et noter vos recherches.

Donc que vous soyez femme ou homme, devenez un réel inspecteur et venez enrichir les connaissances de la communauté !

Renseignement et inscriptions: ici

Contact: cduguy@bm-lyon.fr

Prochains ateliers :

Samedi 3 décembre 2016 de 16h à 18h à la bibliothèque de la Part Dieu

Mercredi 7 décembre de 14h à 16h : visite de la bibliothèque du jardin botanique de Lyon.

Source: Projet-Cherchez la femme

vendredi 02 décembre 2016 05:00

novembre 30, 2016

Dup

Continuous Data Protection For GNU/Linux (sauvegarde project) release v0.0.7

'sauvegarde' project is also known as Continuous Data Protection For GNU/Linux (cdpfgl). It is a set of programs: 'cdpfglserver', 'cdpfglclient' and 'cdpfglrestore' as of now. They will saves your files in a live continuous way that is to say while they are written to disks. One interesting thing is that the server 'cdpfglserver' is stateless and achieves deduplication at the block level. As a result it does not use much memory and may run on small machines (for instance I run one cdpfglserver on a 1Gb bananapi).

This is v0.0.7 release of this project and some major features were added:

While working on this version a performance problem was found. It was linked to a libmicrohttpd bug that was shrinking a buffer and did never grow it again leading to a very small buffer. I managed to make a small set of programs that demonstrated the bug and Christian Grothoff fixed it in minutes. Thank you very much Christian !

Contributors to this version:

Links:

mercredi 30 novembre 2016 18:23

novembre 29, 2016

Colibre

Coup de foudre entre Microsoft et Linux…

Au premier abord, on se demande s’il ne s’agit pas d’une blague mais c’est officiel : le Propriétaire et le Libre sont aujourd’hui unis par les liens de l’open source.

En effet, le 16 Novembre dernier, Jim Zemlin, directeur exécutif de la Linux Foundation, a dit oui et a accueilli Microsoft au sein de son organisation en lui offrant notamment la possibilité de participer aux prises de décisions.

Le géant s’est engagé solennellement et participe même depuis déjà plusieurs années aux projets des communautés open source. Microsoft a ainsi rendu open source PowerShell, l’éditeur Visual Studio Code et récemment le moteur JavaScript de son navigateur internet Edge. On notera qu’il a également implémenté l’interpréteur Bash d’Ubuntu au sein de Windows 10 en partenariat avec Canonical.

Que peut apporter une telle union?

Pour Linux :
Microsoft a une équipe d’ingénieurs dédiée au travail sur le kernel de Linux, qui apporte régulièrement des améliorations et de nouvelles fonctions au code des drivers pour Hyper-V.

La Linux Foundation a offert à Microsoft un siège de membre, assorti d’un statut dit « platinum« . Cela signifie que le représentant délégué par la firme John Gossman fait maintenant parti du conseil d’administration. Sa voix pèsera sur les décisions stratégiques quant à l’avenir de l’entité et du système d’exploitation. A ce titre, Microsoft rejoint également dix autres sociétés élevées au rang de partenaires Platinum : Cisco, Fujitsu, Intel, Hewlett Packard Enterprise, Huawei, IBM, Oracle, NEC, Samsung et Qualcomm.

Pour Microsoft :
Les impératifs du Cloud requièrent désormais l’utilisation du Libre, et il s’agit là du marché le plus porteur de Microsoft. La décision n’est donc pas désintéressée, mais restera bénéfique pour les consommateurs sur le long terme.
À en croire ZDNet, Microsoft ne craint pas de faire la promotion d’un concurrent car l’opération viserait uniquement les développeurs, avec des outils résolument orientés vers les projets très techniques.
On imagine aussi que la manœuvre aurait pour but sous-jacent de faciliter le développement de solutions telles que le Cloud Azure à destination de l’univers Linux et d’Ubuntu en particulier.

Sur la lancée, il semblerait que Google ait aussi prévu rejoindre la Fondation .NET afin de participer à la gestion du projet.

A suivre de près!

mardi 29 novembre 2016 16:09

Une maison écolo grâce à l’Open Source

N’avez-vous pas le vague souvenir de vous petit, passant des heures enfermé dans votre chambre d’enfant à construire coûte que coûte la plus belle maison possible en Lego ? Répartissant ses ressources, l’améliorant sans cesse avec de nouvelles pièces, la rendant plus confortable pour vos petits personnages jaunes. Et n’avez-vous donc pas rêvé d’avoir la même grandeur nature en utilisant le même principe ? Simplement disposer de toutes les cartes : l’accès aux plans, au matériel pour édifier le bâtiment le plus fonctionnel et y vivre idéalement. Et si en plus de ça, votre maison était elle auto-suffisante, écolo, facile et rapide à élever et peu chère. Ne serait-ce pas le bonheur ?

Sachez que tout ces dires sont aujourd’hui possibles. Et ce grâce à l’Open Source !

En effet, depuis quelques années, les fabs labs se lancent dans la fabrication de maison à partir de plans qui sont mis à disposition de tous dans le but de former une communauté mondiale d’auto-constructeurs de maisons.

Parmi eux au commencement, nous nous attardons sur le cas du couple Marcin Jakubowski et Catarina Mota : se laçant de leur tiny house et étant adeptes du concept d’auto-construction d’outils divers, ils bâtiront eux-mêmes leur grande maison grâce à des plans et des tutoriels récupérés via la cyber-librairie de l’Open Building Institute (organisation collaborative autour de l’auto-construction). Toute cette documentation est accessible en ligne, libre de droit, et dans des formats compatibles avec des logiciels de conception assistée par ordinateur, eux-mêmes en open source. Et en ce qui concerne la construction, c’est ici que les fabs labs entrent en jeu ; par exemple pour le découpage du bois et autre matériel.